Quand Little Data l’emporte sur Big Data

img-1Octobre 2014 - Actuellement, le Big Data a la cote. La tendance est de collecter massivement de l’information et de traiter ensuite les données de manière à ce qu’elles favorisent la prise de décision. Pour plusieurs, c’est presque devenu une obsession !

Cependant, le Big Data est à la fois synonyme de coûts élevés en infrastructures et logiciels tout en étant la source de bien des maux de tête…

Le meilleur data n’est pas nécessairement issu du Big Data

Dans son article Strategy + business, David Meer mentionne que, parfois, le Little Data est tout ce à quoi les entreprises ont accès.

Bien que le Big Data ait toute son importance, le Little Data a l’avantage d’être basé sur une qualité de données directement puisée du feedback des clients. Donc sans avoir besoin d’investir dans des infrastructures coûteuses, toute entreprise a accès à une manne d’informations reposant sur les commentaires de ses clients et à partir desquelles elle peut prendre des décisions pour améliorer non seulement ses produits et services, mais également ses processus.

Le Little Data consiste donc à écouter ce que nos propres clients ont à dire. On obtient ainsi la bonne donnée au bon moment !

Plus important que les données en temps réel

Beaucoup d’argent est investi dans la collecte de données massives – Big Data – pour prendre des décisions et connaître les tendances du marché ainsi que dans la collecte de données en temps réel. Cependant, qu’est-ce que notre client veut ? C’est ici que le Little Data prend toute son importance, soit d’avoir l’information juste au bon moment.

Ceci ne veut pas dire que l’obtention de données en temps réel n’est pas importante, bien au contraire. Par contre, selon Avinash Kaushik, le gourou du marketing de Google, la distinction entre la vitesse d’obtention des données et la rapidité de prise de décision d’une entreprise est très importante. En effet, si l’entreprise ne prend pas ses décisions en temps réel, il devient inutile d’investir dans les infrastructures requises pour obtenir des données en temps réel. On adaptera donc le cycle de données avec la vitesse de prise de décisions : 2 jours, 10 jours, 30 jours…

Selon lui, être attentif à nos clients, discuter avec eux et leur poser des questions demeure la clé. Il semble que le Little Data soit une avenue qui mérite d’être étudiée davantage avant d’investir dans des infrastructures complexes et coûteuses.

Source : www.inc.com/ilan-mochari/clover-big-data.html
cover-post2