Crédit pour indisponibilité des services et pièges à éviter…

Crédit pour indisponibilité des services et pièges à éviter…
cloud-solution-contract

Juillet 2015 - Le fournisseur doit tenir ses promesses, c’est-à-dire livrer le service pour lequel vous payez. Il est primordial de vérifier le niveau mensuel de disponibilité du service promis, car ce sera un gage de bonne exécution par le fournisseur.

Il faut viser un taux de disponibilité du service d’au moins 99.9 % qui représente environ 8 h 45 potentielles d’indisponibilité au cours d’une année. Évitez de signer une garantie de 99 %. Bien que ce pourcentage paraisse élevé, il représente en réalité 52 heures d’indisponibilité du service pour lequel vous payez.

La majorité des fournisseurs offre un crédit sur le mois suivant en cas de manquement. Cependant, le fardeau de la preuve vous appartient ! Par conséquent, assurez-vous lors de la signature du contrat que le fournisseur met à votre disposition les outils de monitoring nécessaires (tableau de bord, statistiques d’utilisation quotidienne) afin de pouvoir démontrer qu’il y a effectivement eu manquement.

Maintenant, les crédits c’est bien beau, mais peut-on sortir du cloud ? La réponse est oui, mais prévoyez au contrat un droit de résiliation sans pénalité advenant le cas où le fournisseur faisait défaut répété d’atteindre les niveaux de service promis (par exemple à 4 occasions dans l’année). Il faut cependant que ce soit négocié lors de la signature sinon il se pourrait que le fournisseur vous facture la durée totale du contrat auquel vous aviez adhéré.

De plus, assurez-vous que vos données seront séparées de celles des autres locataires du serveur. Il s’agit non seulement d’une question de sécurité, mais aussi de faciliter votre sortie du Cloud…