Les cyberattaques ont augmenté de 400 % depuis la COVID-19

Mai 2020 - Les cybercrimes signalés au Centre de plaintes pour les crimes sur Internet (IC3) du Federal Bureau of Investigation (FBI) ont à peu près quadruplé depuis la pandémie du coronavirus, a déclaré un haut responsable de la cybersécurité lors d'un webinaire organisé par l'Institut Aspen.

Le nombre de plaintes en lien avec la cybersécurité adressées à l'IC3 au cours des quatre derniers mois est passé de 1 000 par jour avant la pandémie à pas moins de 4 000 incidents en une journée, a déclaré Tonya Ugoretz, directrice adjointe de la branche cybernétique du FBI, selon The Hill.

Il s’agit surtout de cybercriminels qui s'en prennent aux organisations, telles que les établissements de soins de santé et les instituts de recherche qui travaillent sur les traitements contre la COVID-19, a déclaré madame Ugoretz. « Nous avons eu plusieurs cas d’intrusion dans certaines de ces institutions, en particulier celles qui se sont publiquement identifiées comme travaillant sur la recherche liée au COVID », a-t-elle déclaré. Bien qu'il ne soit pas rare que les malfaiteurs ciblent l'industrie biopharmaceutique, « cela s'est certainement intensifié pendant la crise », a déclaré la responsable du FBI.

Les organisations qui font des recherches sur des médicaments potentiels pour traiter ou vacciner les victimes du COVID-19 sont maintenant plus visibles aux yeux du public, ce qui les rendent d’ailleurs très attrayantes pour les autres états qui sont intéressés à obtenir des détails sur ce qu'ils font exactement et peut-être même à voler des informations exclusives que ces institutions ont. « Les pays ont un très grand intérêt pour les informations sur un vaccin », ajoute Mme Ugoretz.

Un certain nombre de cas a fait surface au cours des deux derniers mois. En mars dernier, des cybercriminels ont attaqué à 10 reprises Genomics, un groupe de recherche en biotechnologie basé à Pleasanton, en Californie, qui s'efforce de comprendre la réponse immunitaire du corps humain pour accélérer le développement d'un vaccin contre la COVID-19. En état d’alerte, Microsoft a même demandé à plusieurs douzaines d'hôpitaux de corriger immédiatement les faiblesses de leurs installations VPN après avoir trouvé des preuves qu'une équipe de rançon cherchait des failles à exploiter.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) et le ministère américain de la Santé et des Services sociaux (HHS) n'ont pas non plus été épargnés par les malfaiteurs. Des hameçonneurs soutenus par l'Iran seraient impliqués dans une tentative de détournement des comptes de messagerie personnels d'un certain nombre de membres du personnel de l'OMS. Il s'agit d’ailleurs de la deuxième cyberattaque liée à l'OMS au cours des dernières semaines. Une équipe de cybercriminels a tenté à plusieurs reprises de s'introduire dans le réseau de l'OMS.

À la mi-mars, les fraudeurs du HHS ont utilisé de faux messages textuels pour informer les gens sur le développement de la COVID-19… Cette menace est mondiale et peut toucher n’importe qui donc il est important de redoubler de vigilance. Demeurez attentif et réfléchissez avant de cliquer sur un message douteux, surtout s’il est en lien avec la pandémie, car vous pourriez rapidement vous retrouver parmi les victimes. N’hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez valider la légitimité d’un courriel.

Source : DH Kass


Ce à quoi vous consentez en vous inscrivant.

En vous inscrivant sur notre site Web, vous nous autorisez à communiquer avec vous par courrier électronique, téléphone, courrier postal ou tout autre moyen de communication disponible. Soyez sans inquiétude, nous ne vendrons jamais vos informations ni n'envahirons votre boîte de courriels. À tout moment, vous pouvez vous désinscrire de nos communications.

})